fbpx

La brasserie du 7e Art a vu le jour fin 2007 suite à une demande de la Mairie de créer un établissement de restauration indépendant correspondant aux attentes d’une clientèle locale.

Laurent, Eric et Philippe, tous trois originaire de la région depuis plus d’une vingtaine d’années, décidèrent de conceptualiser La Brasserie du 7eme Art à partir d’une feuille blanche.

Compte tenu du passif Audincourt, un bâtiment à l’allure des anciennes forges d’Audincourt alliant brique rouge et fer forgé ressortit à l’unanimité pour donner vie à ce restaurant de quartier. Le nom du 7e Art en rapport avec le cinéma coïncidait à l’ouverture du Megarama d’Audincourt quelques temps plus tôt qui donnerait plus de vie à cette zone appelée l’espace lumière.

Les débuts furent difficiles et la brasserie mit beaucoup trop de temps à se trouver une vraie identité.
4 ans après son ouverture la Brasserie était certes un lieu agréable, lumineux et vivant mais la qualité de sa restauration ne plaisait pas à tout le monde bien que les Flammekuëches étaient déjà considérées comme les plats les plus aboutis.

Une transformation progressive intervint à partir de 2012 avec l’arrivé de Julien, jeune gérant d’une vingtaine d’années qui se servit de son expérience acquise à l’Institut Paul Bocuse de Lyon ainsi qu’à l’étranger pour rafraichir une image, en manque de changement, notoriété, cruciale dans une restauration nationale en perpétuelle mutation depuis 5 ans.

Le changement de Chef de cuisine début octobre 2013 fut le véritable démarrage d’une satisfaction en évolution constante. Les clients boudant la brasserie du 7e Art depuis l’ouverture furent heureux de constater un changement significatif sur un positionnement « fait maison », tout en restant extrêmement accessible au niveau des prix pratiqués avec des plats mitonnés simples, copieux et exclusivement préparés sur place.

Des partenariats progressives avec des acteurs locaux comme Jacot Billey pour les Escargots, Lehmann à Etupes pour la Cancoillotte et le Comté ou encore Saborec à Fêche-L’Eglise pour la Saucisse de Montbéliard, le Glacier Erhard à Etupes, la Boulangerie Demeusy, le Miel, le Saumon de Fontaine à Chaux, Le Café Mokador, la Farine, les Œufs sans compter les vins d’Arbois, le fameux Amer bière ou le Pontarlier anisé bien connu des locaux pour ne citer que certains produits phares, donnèrent encore plus de légitimité à ce concept unique privilégiant le plus possible le Franc Comtois.

En début d’année 2017, à l’aube de ses 10 ans d’exploitation, le titre de Maître Restaurateur est venu garantir, grâce au seul agrément d’Etat décerné pour la restauration française, que l’ensemble de la carte est « fait maison ». Enfin un savoir-faire reconnu qui nous différencie de toutes ces chaînes nationales de restaurants où une majeure partie des produits sont surgelés et dont on ne connait pas ou peu la provenance !

Encore aujourd’hui certains Franc-Comtois n’osent pas franchir les portes de cet établissement indépendant et 100% Franc comtois de peur d’y trouver une chaine de restauration ou une brasserie servant des bières et des sandwichs ou cacahuètes et bretzels au comptoir. Il n’en est rien ! Pour les septiques ou les déçus venez le découvrir ou le redécouvrir par vous-même, le changement est bien présent et ce n’est pas nous qui le disons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *